Revue Digitale nº5. Éditorial

Les Éditions BEYA offrent aux internautes une revue digitale intitulée VIA HERMETICA dans le but de publier des écrits hermétiques, de suivre la trace des herméneutes et d’offrir la publication de travaux de chercheurs et de simples croyants.

LE PEINTRE HERMÉTIQUE LOUIS CATTIAUX : UN INCONNU ILLUSTRE

Probablement aucun artiste dans l’histoire de la peinture n’est aussi méconnu, tant des amateurs d’art comme du public en général, que Louis Cattiaux, même si la critique de l’époque l’avait remarqué ; même s’il avait ouvert sa propre galerie d’art avec un groupe de plasticiens et d’écrivains dont les noms résonnent actuellement ; même s’il avait travaillé quinze années à rechercher les secrets des frères Van Eyck ; même s’il avait découvert le moyen de stabiliser les pigments, de donner à la matière l’imprutrescibilité et la translucidité des Anciens ; même s’il avait exposé à côté de Picasso, Utrillo, Matisse et Bonnard ; même si ses petites toiles “s’enlevaient”, surtout en Amérique et en Angleterre, à une certaine époque ; et même s’il est représenté dans les musées américains et au Fonds National d'Art Contemporain de Paris.

Certainement, Cattiaux fut un artiste accompli qui a laissé, grâce à une floraison complète, une trace indélébile dans certains grands esprits, dont Emmanuel d’Hooghvorst.

D’un côté écrivain-poète, Cattiaux est l’auteur de deux recueils de poèmes Les Poèmes du fainéant et Les Poèmes de la résonance, d’un essai sur la peinture, intitulé Physique et métaphysique de la peinture, et passa les douze meilleures années de sa vie à quintessencier son œuvre maîtresse Le Message Retrouvé, publiée en 1956.

D’un autre côté artiste-peintre, il créa, pour concrétiser certaines aspirations de l’époque, un mouvement artistique : le transhylisme, qui groupa plusieurs poètes, comme Gonzague Frick et Supervielle, et des peintres, comme Ino, Lafont, Marembert. Ensuite, il s’abandonna à une effervescence créatrice picturale qui ne tarira qu’à la fin de sa courte vie. On trouvera aussi de sa main des esquisses de tableaux en noir et blanc, ainsi que d’énigmatiques dessins à teneur alchymique correspondant aux titres des douze premiers livres de son Message Retrouvé, et dont il parsema les pages de ses carnets. Nous mentionnons l’existence d’un recueil de poèmes d’André Gilliot, intitulé Ariston, illustré de superbes bois gravés par Louis Cattiaux, qui fascinent l’œil et l’esprit.

Les rapports entre l’écriture et l’image sont chez Cattiaux faciles à déceler d’un point de vue hermétique : il suffira de lire attentivement Le Message Retrouvé pour remarquer que certains versets sont d’authentiques tableaux, tout comme il suffira de méditer ses toiles pour affirmer qu’ils constituent autant d’enseignements hermétiques.

Ses œuvres sont des créations somptueuses et féeriques, des images pures et sublimes, lourdes de sens, hautes en couleur, aux nuances extraordinaires et uniques, obtenues par l’élaboration d’un médium qui leur confère cet aspect de relief émaillé si particulier. Sa moindre toile est non seulement un objet très précieux mais encore un pentacle où se peuvent déchiffrer les choses cachées, était-il écrit très justement dans le Nord Littoral du 26 octobre 1946. En un mot, il met la plastique au service de l’idée.

Nous présentons dans ce numéro 5 de Via Hermetica un survol du Cattiaux peintre hermétique, un peintre “pas comme les autres”, au travers d’une série d’extraits de son essai sur la peinture, sélectionnés par E. d’Hooghvorst pour qui Louis Cattiaux n’était pas passé inaperçu. En outre, le lecteur découvrira le poème Ordo ab Chao, composé par E. d’Hooghvorst à l’occasion de l’édition espagnole de Physique et métaphysique de la peinture, ainsi que le texte d’introduction dudit essai, rédigé par Cattiaux lui-même.

Pour mieux aborder l’œuvre artistique de notre auteur, Raimon Arola, professeur de l’Académie des Beaux-Arts de Barcelone, nous présente en quelques pages L’Art pictural de Louis Cattiaux. Ensuite, au travers d’un diaporama étonnant, composé de douze séquences, il nous emmène sur les traces d’un Cattiaux qui manie aussi bien la plume que le pinceau et nous fait découvrir ses toiles mystérieuses.

Pour terminer, nous livrons au lecteur une série de notes de presse, témoignages du passé, qui montrent comment Cattiaux peintre hermétiste était perçu par ses contemporains. Nous avons agrémenté chaque extrait de presse d'une de ses magnifiques peintures afin d'offrir un échantillonage de sa production.

Peut-être cet élan contribuera-t-il à mieux faire connaître un Cattiaux qui n’a pas réussi à avoir une notoriété dans ce monde aussi grande que ses amis artistes, Coutaud, Ino, Marembert, Chaissac ou Rouault, pleinement reconnus aujourd’hui...

VIA HERMETICA
Nº 5, Décembre 2008

1- «Ordo ab chao» Emm. d’Hooghvorst

2- «Discours visuel» R. Arola

3- «Introduction de la Physique et Métaphysique de la peinture » Louis Cattiaux

4- «Extraits choisis de la Physique et Métaphysique de la peinture de Louis Cattiaux» Emm. d’Hooghvorst

5- «L'art pictural de Louis Cattiaux» R.
Arola


6- «Louis Cattiaux, le peintre hermétique vu par la presse depuis 1938»

7- «Bois gravés de Louis Cattiaux»

8- «Dessins de Louis Cattiaux»