Accueil > Revue Digitale nº4 > « Présentation de Croire l'incroyable »
Table des matières

Titre et auteur :
Présentation du livre « Croire l’incroyable ou L’Ancien et le Nouveau dans l’histoire des religions » R. Arola

Objet :
Condensé de la présentation que Raimon Arola a rédigée dans Croire l’incroyable ou L’Ancien et le Nouveau dans l’histoire des religions. Cet article rappelle les circonstances dans lesquelles Louis Cattiaux proposa à ses frères humains un héritage spirituel revivifié que quelques rares amis ont bien voulu accueillir et perpétuer.

Mots clés :
Louis Cattiaux, Charles d'Hooghvorst, Emmanuel d'Hooghvorst, Message Retrouvé, révélation, témoignage, croire l’incroyable, alchimie, cabale.

Illustration :
« L'union des deux Testaments : Matthieu porté par Isaïe », Vitrail de la Cathédrale de Chartres. Symbole de l'ancien revivifié par le nouveau.

Texte complet
PDF / 74 KB's

Les textes regroupés dans ce livre [...] révèlent l’histoire d’une amitié entre Louis Cattiaux et les frères Emmanuel et Charles d’Hooghvorst. Une amitié à l’instar de celles contées jadis dans les épopées héroïques et qui furent à l’origine des grands exploits réalisés par les mortels avec l’aide des dieux. Cette amitié n’est certes pas fondée sur un sentiment humain, mais sur le contenu de l’œuvre mystérieuse de Cattiaux, Le Message Retrouvé.

La relation entre Louis Cattiaux et les d’Hooghvorst fut de courte durée, mais d’une intensité exceptionnelle. Elle s’étendit sur un peu plus de quatre années, jusqu’à ce que le peintre et poète, en été 1953, quittât ce monde .... Il s’en alla, mais sans abandonner ses nouveaux amis : il leur légua Le Message Retrouvé qui hébergeait son esprit généreux et où se révélait son savoir « fou ».

Un joyau reposait en leurs mains. Ils l’ont montré, sachant pourtant qu’ils seraient traités de sectaires et de fous. Ne pouvant agir autrement, ils se sont ainsi exposés au risque de scandale que provoque, dans ce monde, le fait de « croire l’incroyable ». Par un mystère insondable, les d’Hooghvorst ont découvert un trésor là où d’autres n’ont vu qu’une farce. Ce trésor est celui de la sagesse née d’une expérience...

Mais comment transmettre une « nouvelle » expression de l’« ancienne » sagesse à celui qui ne la devine ni ne la pressent, à celui qui, somme toute, ne la cherche ni ne la désire? ... telle est la question à laquelle les frères d’Hooghvorst ont été indirectement confrontés. Aussi Cattiaux avait-il prévu cela : « Il est dur de croire sans avoir vu, et cependant qui peut voir sans avoir cru follement l’incroyable ? »

Cattiaux lui-même écrivait : « Même les croyants ne croient plus que Dieu soit encore capable de parler directement à ses enfants ».